PRESS


Chronique CD "Double Vision"

> Ici ce qui compte, c’est le paysage sonore, la musique conçue comme enveloppe mouvante. (...) De la musique traditionnelle orientale, proposée à l’auditeur pour qu’il y vive plutôt qu’il ne l’écoute, à la musique répétitive américaine ou au hip-hop, en passant par la conception modale chère aux années 50, et les pointures de l’ambient que sont Harold Budd et Brian Eno, c’est toute une mémoire sélective de l’histoire musicale que l’on entend agir ici, autour d’un même enjeu. (...) On peut y apprécier un art de la modulation rythmique (l’héritage modal) autant que du sound design (les premiers titres, exemplaires dans leur manière de manier des sons sans origines, presque concrets, presque indépendants de l’idée commune de musique) ou de la boucle qui dialogue avec des nappes.
(...) Une musique capable d’infuser au cœur de l’existence. Une idée que n’auraient pas reniée Morton Feldman ou John Cage, parmi les premiers à faire entendre que la musique se loge au cœur du monde avant d’être sur les partitions.

DMUTE - janvier 2009

> Sur disque la musique de Nicolas de Zorzi s'adapte aux deux directions qui lui sont indiquées par le spectacle: tout d'abord le thème du double et du miroir, mais également la progression temporelle de l'appropriation du monde. La bande-son est constituée d'une suite de tableaux électro-ambiants, où les motifs organiques se mêlent aux machines pour évoquer l'hybridation de l'univers par l'humanité.
(...) Véritable troisième composante du spectacle après la danse et les images mises en scène.

THE FRENCH TOUCH - décembre 2008

Chronique CD "Clepsydre"

> Nicolas de Zorzi signe la rencontre étincelante des rythmes électro-hip-hop et des pulsations de la musique minimaliste. (...) fabuleuse résurgence des circonvolutions jouées à l'orgue par un Terry Riley, rehaussée ici d'electronic effects. Le somptueux "Mythology" est un final "à la manière de" Philip Glass, sublime évocation du maître, à tel point que si on lui attribuait cette composition, elle figurerait parmi ses plus belles réussites. On pourrait aussi évoquer les colorations world (...) Cette suite de références montre toute la richesse de la palette du compositeur de Clepsydre.

NEOSPHERES - avril 2009

> Clepsydre réussit le tour de passe-passe d'être musicalement abouti et accessible (...) le passage d'un morceau à l'autre se fait avec une fluidité qui évoque les transmissions douces, aqueuses presque (forcément avec un tel titre), qui viennent glisser sur les mouvements des danseurs. Cela ne signifie pas pour autant qu'une certaine évanescence spectrale ne continue pas de se dégager de la musique de Nicolas de Zorzi (...)

OCTOPUS - mars 2009

> C'est surtout par sa fluidité que cette musique mise en place colle à l'idée de base de "Clepsydre". L'eau s'écoule dans l'instrument, le temps dévale son cours, les spectres des danseurs glissent le long de notes soyeuses. Comme l'écoute, ils semblent s'évader de toutes durées, préfèrent bâtir leurs gestes sur des effluves d'électro et de hip-hop. Jouer des rythmes urbains, les mélanger à diverses atmosphères ethniques, n'empêchent pas des incursions en forme de pieds de nez vers la musique classique. (...) Le coeur humain adapte le rythme de ses battements au tempo de la musique, et au travers de cette adaptation c'est le défilement du temps pour l'auditeur qui en est bouleversé.
(...) Une oeuvre électro à part entière. 

THE FRENCH TOUCH - décembre 2008 

Articles Spectacles

> Double Vision est une ode à l'imaginaire, une double perception de la réalité, un poème visuel et sonore sur la relativité de nos perceptions. Le fruit aussi d'une rencontre de la chorégraphe avec l'ensemble multimédia Electronic Shadow, baigné dans la musique de Nicolas de Zorzi.

Raphaël de Gubernatis - LE NOUVEL OBSERVATEUR - 08 juin 06

> Plongée intense dans la troisième dimension. La technologie reste invisible pour ne laisser apparaître que la beauté et un monde sans limite.

Isabelle Danto - LE FIGARO - 03 avril 06

> Ambiances organiques, technologiques, oniriques…

LA GAZETTE NORD PAS DE CALAIS - 30 mars 06

> Une confrontation puissante entre danse contemporaine et arts visuels. (…) A la magie d’une chorégraphie entre apesanteur et frénésie, s’ajoutait une bande-son organique et bien plus qu’une simple scénographie, une véritable écriture visuelle.

Véronique Lenglet - NORD ECLAIR - 02 avril 06

> Seule sur scène, la chorégraphe est confrontée au déluge visuel des images vidéographiques de Naziha Mestaoui et Yacine Aït Kaci, et à la musique électro-organique de Nicolas de Zorzi. (…) L'ensemble, est particulièrement réussi, le rythme soutenu, réglé comme du papier à musique, l'image extrêmement belle.

Jean-Jacques Birgé - DRAME.ORG - juin 2006

Clepsydre

> La rigueur de cette réflexion artistique se retrouve jusque dans le choix musical, empreint de répertoire classique et de rythmique plus contemporaine, signé Nicolas de Zorzi. S’éloignant du culte de la performance acrobatique et des bandes-son attendues, la compagnie se révèle à la fois ouverte et mature. Pari réussi : Clepsydre est à la fois mystique et élégant.

L.D. - LA VOIX DU NORD - mai 07

Signe 3 (1’44)